L’ÉCART ENTRE LES PERCEPTIONS ET LA RÉALITÉ MENACE LA SANTÉ FINANCIÈRE DES PERSONNES ÂGÉES CANADIENNES, RÉVÈLE UNE ÉTUDE DE LA BANQUE HOMEEQUITY

L’ÉCART ENTRE LES PERCEPTIONS ET LA RÉALITÉ MENACE LA SANTÉ FINANCIÈRE DES PERSONNES ÂGÉES CANADIENNES, RÉVÈLE UNE ÉTUDE DE LA BANQUE HOMEEQUITY

TORONTO, 24 novembre 2016 – Alors que les aînés canadiens vivent aujourd’hui plus longtemps et en meilleure santé, leur situation financière nécessite une attention plus particulière. Commanditée par la Banque HomeEquity, fournisseur de l’hypothèque inversée CHIPMC, une récente étude indique qu’il existe un écart surprenant entre la réalité et les attentes des Canadiens âgés de 40 ans et plus relativement à leur mode de vie à la retraite.

Axée sur les résidents canadiens âgés de 40 ans et plus propriétaires de leur résidence, cette étude de portée nationale examinait la santé financière et la viabilité des personnes âgées au Canada. Le sondage aléatoire a été mené auprès de 1 500 participants, du 5 au 14 octobre 2016, avec une marge d’erreur de ± 2,5 points de pourcentage 19 fois sur 20.

L’étude indique qu’une majorité des personnes sondées (soit 82 %) attachent beaucoup d’importance à leur capacité à demeurer dans leur propriété pendant toute la durée de leur retraite. D’autre part, près de la moitié des personnes qui se sont identifiées comme étant retraitées ont des dettes et 40 % d’entre elles affirment posséder des épargnes de moins de 100 000 $. Enfin, le quart des personnes âgées de 75 ans et plus détiennent toujours une hypothèque.

Ces contradictions sont appuyées par des données démontrant que 69 % de ces personnes croient que la valeur nette de leur propriété joue un rôle clé dans leur plan de retraite; 44 % d’entre elles la qualifient d’extrêmement importante ou de très importante.

Voici d’autres constats majeurs tirés de cette étude :

  • 69 % des personnes sondées se sont dites convaincues d’avoir suffisamment de fonds pour leur retraite.
  • 78 % possèdent des épargnes et des placements.
  • 25 % considèrent la vente de leur propriété comme un facteur contribuant à leur revenu de retraite.
  • Le remboursement d’une hypothèque n’apparaît que faiblement prioritaire chez les personnes âgées qui en détiennent toujours une (25 % des personnes sondées âgées de 75 ans et plus).
  • 43 % des retraités ont des dettes; 73 % de ces dettes s’élèvent à moins de 50 000 $.
  • 35 % des Canadiens âgés de 75 ans et plus ont des dettes.

« Ces données démontrent un écart profondément troublant entre perceptions et réalité, explique Yvonne Ziomecki, vice-présidente directrice, Marketing et Ventes à la Banque HomeEquity. Les personnes âgées canadiennes comptent parmi les groupes aux prises avec des niveaux records d’endettement tout en ayant des épargnes étonnamment peu élevées. Les solutions à ce problème doivent être fondées sur une excellente compréhension de toutes les options offertes, y compris les prêts hypothécaires inversés qui permettent aux personnes âgées de libérer la valeur nette de leur propriété, en forte hausse. »

Parmi ces options, comptons l’hypothèque inversée CHIP, un produit financier éprouvé fourni depuis 30 ans par la Banque HomeEquity aux Canadiens âgés de 55 ans et plus. Un prêt hypothécaire inversé est un outil financier qui permet aux propriétaires d’accéder à la valeur nette de leur résidence, tout en continuant à y vivre, et ce, jusqu’à ce qu’ils décident de la vendre.

Fournisseur unique de prêts hypothécaires inversés au Canada, la Banque HomeEquity est une banque canadienne de l’annexe I entièrement réglementée. Pour en savoir plus à propos de cette étude récente et de la Banque HomeEquity francais.chip.ca

bhe

Relations médias :

Yvonne Ziomecki

yziomecki@homequitybank.ca